MOUVEMENT des INSOUMIS


Insoumis - Diner traditionel des patriotes

Vous êtes ici: > Accueil > Archives > Marche des Janettes > Diner traditionel des patriotes > Buffet des fêtes 2013


DINER TRADITIONEL DES PATRIOTES

La Rébellion des Patriotes, Rébellion du Bas-Canada, ou tout simplement Rébellion de 1837-38, sont trois noms donnés au conflit militaire de 1837-1838 dans la colonie britannique du Bas-Canada (aujourd'hui le Québec). Elle est l'aboutissement d'un conflit politique larvé qui existait depuis le début du XIXe siècle entre la population civile et l'occupant militaire colonial.


CONTEXTE

Par un froid sibérien de ce 24 novembre 2013, sept membres du mouvement des Insoumis débarquent du minibus de location, au bord de la rivière Richelieu, tout près de la statue de Louis-Joseph Papineau. Ils ont remarqué la présence de véhicules de certains autres membres de la région de Montréal et ils ne sont pas seuls, des centaines de patriotes ont convergé vers le petit village de Saint-Denis-sur-Richelieu. Comme à chaque année, le Rassemblement pour un pays souverain (RPS), organise le traditionnel dîner des patriotes en l'honneur de nos ancêtres qui ont si vaillamment combattus pour protéger le fait français et notre liberté dans le Bas-Canada.



L'ARRIVÉE

Insoumis - Diner traditionel des patriotes

Le groupe se rend à pied à l'église du village, là où tous se trouvent, écoutant le discours de Gilles Rhéaume, orateur de grand talent. Ils arrivent sur le tard, le discours se termine et un cortège se forme et se dirige vers le parc des patriotes. Des citoyens sont habillés comme en 1837, ils ouvrent la marche en jouant de certains instruments, flûtes et tambours.



Insoumis - Diner traditionel des patriotes
Attroupés au pied du monument en l'honneur des patriotes, certains des participants reçoivent des honneurs, certains témoignent, dont le maire du village, le ministre provincial Pierre Duchesne et autres notables. Une couronne de fleur est apportée par deux jeunes patriotes au début de leur vie, un symbole fort ou tous y voient de l'espoir. Le combat entreprit par les premiers patriotes n'est point oublié, leur histoire est transmise de génération en génération et le combat continu, non plus armé mais il continu tout de même. Tous sont là pour le prouver malgré le vent glacial qui nous transperce, nous gèle les doigts. Ce froid nous rappelle ce que les patriotes ont dû endurer et ce souvenir nous réchauffe quelque peu.



LE DINER

Insoumis - Diner traditionel des patriotesLes gens rassemblés dans le parc prennent ensuite place à bord de leurs véhicules pour se diriger vers Saint-Ours, là où se tient le traditionnel dîner des patriotes. Les nombreuses tables sont couvertes de nappes blanches, deux d'entres elles sont au nom des Insoumis et tous prennent place autour. Doris McInnis, épouse du célèbre boxeur Reginald "Reggie" Chartrand s'assoit avec eux, un grand honneur lorsqu'on sait qui est cette grande dame. Militante des premières heures indépendantistes aux cotés de Reggie, battante ne craignant pas d'affronter les policiers aux jours où ceux-ci aimaient bien jouer de la matraque. Toujours aussi active, elle continue depuis ce temps de militer et n'a vraiment pas l'intention de s'arrêter. C'est elle qui préside le salut au drapeau en cette grande journée.


Plusieurs invités de marque se succèdent sur la scène, Gilles Laporte, Gilles Proulx et Benoit Roy remet une médaille à Jeannette Fabien Jasmin, le compositeur interprète Alexandre Belliard nous offre trois de ses chansons et l'unique Gilles Rhéaume nous fait un discours des plus enflammé, la salle entière l'acclame et lui fait une ovation debout. Les convives sont invités, table par table à se faire servir un repas de roi, qui nous fait oublier la froideur de l'extérieur et c'est ainsi que prend fin une magnifique journée à Saint-Ours.






RÉSUMÉ HISTORIQUE

LA DÉCLARATION D'INDÉPENDANCE

Insoumis - Diner traditionel des patriotes

La Déclaration d'indépendance du Bas-Canada est écrite en février 1838 par Robert Nelson et ses partisans, quelques mois après l'insurrection bas-canadienne de 1837. Ceux-ci sont alors réfugiés aux États-Unis, d'où ils organiseront les deux invasions de 1838.

La déclaration d'indépendance est principalement inspirée de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique de 1776 et de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, mais contient aussi d'autres idées politiques progressistes en vogue au milieu du XIXe siècle.

Le mouvement d'indépendance du Bas-Canada (aujourd'hui le Québec) échoua dans sa tentative de créer un État-nation. En 1840, le Bas-Canada fut annexé de force à la province du Haut-Canada pour en faire une seule : le Canada-Uni.



EXTRAIT

« [...] vu que nous ne pouvons plus souffrir ces violations réitérées de nos droits les plus-chers et supporter patiemment les outrages et les cruautés multipliées et récentes du Gouvernement du Bas-Canada,


Insoumis - Diner traditionel des patriotesNOUS, au nom du Peuple du Bas-Canada, adorant les décrets de la Divine Providence, qui nous permet de renverser un Gouvernement, qui a méconnu l'objet et l'intention, pour lequel, il était créé, et de faire le choix de la forme du Gouvernement la plus propre à établir la justice, assurer la tranquillité domestique, pourvoir à la défense commune, promouvoir le bien général, et garantir à nous et à notre postérité les bienfaits de la Liberté, civile et religieuse,

DÉCLARONT SOLENNEMENT :

Qu'à compter de ce jour, le Peuple du Bas-Canada est ABSOUS de toute allégeance à la Grande-Bretagne, et que toute connexion politique entre cette puissance et le Bas-Canada CESSE dès ce jour. Que le Bas-Canada doit prendre la forme d'un Gouvernement RÉPUBLICAIN et se déclare maintenant, de fait, RÉPUBLIQUE. Que sous le Gouvernement libre du Bas-Canada, tous les citoyens auront les mêmes droits : les Indiens cesseront d'être sujets à aucune disqualification civile quelleconque, et jouiront des mêmes droits que les autres citoyens de l'État du Bas-Canada Que toute union entre l'Église et l'État est par la présente déclarée être dissoute, et toute personne aura le droit d'exercer librement telle religion ou croyance qui lui sera dictée par sa conscience. »



Wikipédia

Haut de Page