Drapeau vandalisé

Vous êtes ici: > Accueil > Au Québec, c'est en français > Dehors la monarchie >


DEHORS LA MONARCHIE

La monarchie canadienne est un système parlementaire dans lequel les monarques de succession héréditaire sont les souverains du Canada. Ils ont la position de chef de l'État, poste occupé actuellement par Élisabeth II, reine du Canada. Officiellement elle possède le titre « Élisabeth II, par la grâce de Dieu Reine du Royaume-Uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires, Chef du Commonwealth, Défenseur de la Foi ». Elle règne sur le pays depuis le 6 février 1952. L'héritier à la couronne est Charles, prince de Galles, bien que la reine soit le seul membre de la famille royale canadienne à posséder un rôle constitutionnel au pays.

La plupart des pouvoirs de la reine au Canada sont exercés par le gouverneur général, poste occupé actuellement par David Johnston, bien que le monarque possède des pouvoirs qui lui sont exclusifs. Le gouverneur général maintient un lien direct avec le monarque, on se réfère à lui, à l'occasion, comme étant chef de l'État de facto.





« Quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse, le Québec est, aujourd'hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d'assumer son destin et son développement. »

Robert Bourassa



LES COÛTS DE LA MONARCHIE

En 2011-2012, le coût récurrent de la couronne canadienne a été de 56 878 538 $, soit 1,63 $ par Canadien. La dépense exceptionnelle de 7 499 549 $ consacrée aux célébrations du jubilé de diamant au Canada vient s’ajouter au coût récurrent de la couronne canadienne pour donner un coût annuel total de 64 378 087 $, soit 1,85 $ par Canadien.

Le gouverneur général, en tant que représentant de la reine, a servi la population canadienne de 34 880 491 habitants (juillet 2012) au coût global annuel de 45 827 000 $, soit 1,31 $ par personne. Les bureaux des 10 lieutenants-gouverneurs ont servi la reine et leurs provinces respectives au coût global annuel de 9 692 363 $, soit 28 cents par personne.



LE GOUVERNEUR GÉNÉRAL DU CANADA

Insoumis - David Johnson 1941Insoumis - Michaëlle Jean 1957



Le gouverneur général du Canada est le représentant du roi ou de la reine du Canada. Depuis le 1er octobre 2010, cette charge est occupée par David Johnston, 28e titulaire du poste et 25e homme à accéder à cette fonction, succédant ainsi à Michaëlle Jean.






Le souverain du Canada nomme le gouverneur général sur avis du Premier ministre du Canada. De 1867 à 1952, chaque gouverneur général était natif du Royaume-Uni et membre de l'aristocratie britannique. Le dernier gouverneur général d'origine britannique fut Harold Alexander, 1er vicomte Alexander de Tunis, qui fut en poste de 1946 à 1952. Depuis le mandat de Vincent Massey, le poste a été occupé uniquement par des Canadiens. De plus, par tradition, celui-ci est tenu alternativement par des Canadiens anglais et des Canadiens français. Depuis 1967, le Premier ministre ne communique au souverain qu'un seul nom lorsqu'il recommande une personne pour la fonction. Auparavant, une liste de plusieurs noms était fournie, laissant au monarque le soin de choisir. En général, le souverain est tenu par la Constitution de toujours suivre l'avis de ses Premiers ministres, tant et aussi longtemps que ceux-ci gardent la confiance de la Chambre des communes et agissent de manière constitutionnelle.


Insoumis - Harold Alexander 1891-1969Insoumis - Vincent Massey 1887-1967

Les fonctions du gouverneur général sont majoritairement cérémoniales. En tant que représentant du souverain, il accomplit certaines fonctions habituellement associées à celles d’un chef d’État. Il ou elle fait des visites d’État à l’étranger, reçoit des chefs d’État étrangers au Canada, reçoit les ambassadeurs et les hauts-commissaires, rencontre des groupes officiels, remet des décorations honorifiques et des prix. De plus, une tradition récente veut que chaque gouverneur général sortant crée un trophée ou un prix (généralement dans le sport) portant son nom.




Le gouverneur général perçoit un salaire annuel de 270 602 $ (2014). Il dispose de deux résidences officielles : Rideau Hall à Ottawa, en Ontario, et la Citadelle de Québec, au Québec, où le couple passe chaque année quelques semaines. L'épouse d'un gouverneur général porte le titre de « châtelaine de Rideau Hall », mais il n'existe pas d'équivalent pour le mari lorsqu'une femme occupe la fonction vice-royale.



RIDEAU HALL

Rideau Hall est la résidence officielle du monarque et du gouverneur général du Canada. Elle est située au 24, promenade Sussex à Ottawa.



Insoumis - Rideau Hall


La résidence a été bâtie en 1838 pour loger l'entrepreneur écossais Thomas McKay et sa famille, qui y vécurent jusqu'en 1855.


Insoumis - Reine Victoria 1819-1901Insoumis - Charles Stanley Monck 1819-1894



Quand la reine Victoria choisit Ottawa en 1858 comme nouvelle capitale de la Province du Canada, Rideau Hall devint la résidence de Lord Monck, alors gouverneur général de l'Amérique du Nord britannique. En 1867, Lord Monck devint le premier gouverneur général du Canada, et Rideau Hall resta la résidence de ses successeurs.






À l'origine loué comme résidence provisoire, la maison fut agrandie plusieurs fois, y compris par l'addition d'un court de tennis d'intérieur en 1872, d'une patinoire et d'une glissière à traîneaux. L'ancien court de tennis est maintenant le Tent Room, utilisé pour les occasions formelles.



BÂTIMENT 28, CITADELLE DE QUÉBEC


Insoumis - Résidence du gouverneur général du Canada


Sis sur un terrain joliment paysagé avec une vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent du côté du bastion du Roi du lieu historique national du Canada de la Citadelle de Québec, le bâtiment 28, aussi connu sous le nom de la résidence du gouverneur général, est lié à l’ancienne caserne des officiers. Il s’agit d’un long bâtiment de maçonnerie de deux étages, qui se découpe en baies égales et qui est surmonté d’un toit en croupe percé par plusieurs souches de cheminée en pierre. Une aile moderne, ajoutée du côté nord-est, reprend le style architectural de la partie principale du bâtiment. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.



LES LIEUTENANTS-GOUVERNEURS DU CANADA

Un lieutenant-gouverneur au Canada est un représentant de la monarchie dans les provinces canadiennes. Il y a dix lieutenants-gouverneurs au Canada, un pour chaque province.

Les lieutenants-gouverneurs sont nommés par le gouvernement du Canada.



LE LIEUTENANT-GOUVERNEUR DU QUÉBEC

Le lieutenant-gouverneur du Québec est le représentant de la reine du Canada au Québec. En son nom, il fait partie du Parlement du Québec où il doit approuver les lois. Il est aussi officiellement à la tête du pouvoir exécutif au Québec.


Insoumis - Pierre Duchesne et son aide de camp Michel Demers
Malgré ses pouvoirs officiels, le lieutenant-gouverneur du Québec occupe une fonction essentiellement symbolique. Il assume des responsabilités équivalant à celles qu'exerce le gouverneur général du Canada dans l'État fédéral.


Le poste de lieutenant-gouverneur du Québec existe depuis 1867 au moment de la Confédération canadienne. Actuellement, Pierre Duchesne occupe le poste.



Salaire annuel : 110 800 $ (payé par le fédéral)

Allocation de dépenses, du fédéral : 147 000 $

Allocation de dépenses, du provincial : 858 000 $


Comptes à rendre : aucun!



LISE THIBAULT

Lise Thibault, née le 2 avril 1939 à Saint-Roch-de-l'Achigan, est une animatrice de télévision et une femme politique québécoise. Elle est lieutenante-gouverneure du Québec du 30 janvier 1997 au 7 juin 2007.


Insoumis - Peter J. McGuire 1852-1906
Lise Thibault, ancienne lieutenant-gouverneur du Québec, est au centre d'une controverse depuis que le journaliste Mathieu Boivin (Journal de Montréal) a attiré l'attention sur ses réclamations de dépenses exorbitantes. Les vérificateurs généraux du Québec et du Canada ont enquêté, mais la vérité est que Mme Thibault n'a jamais eu de compte à rendre à personne. En effet, bien peu de mesures de surveillance sont en place pour s'assurer que les allocations versées aux lieutenants-gouverneurs soient bien dépensées.




RIEN DE TROP BEAU POUR LA PRINCESSE


Insoumis - Ritz-Carlton de Montréal


Mme Thibault menait un train de vie somptueux avec l'argent des contribuables, même dans le cadre de ses fonctions. Voici donc quelques exemples de dépenses extravangantes, dans ces cas-ci des réclamées au gouvernement fédéral.






- 1 005 $ pour une nuit passée dans une suite du Ritz-Carlton de Montréal, dont 825 $ pour la chambre seulement (2000).


       Insoumis - Salle à diner du Sheraton de MontréalRepas pris dans une chambre du Sheraton Montréal :


- 569,81 $ pour un déjeuner (2003)

- 852,59 $ pour un dîner et un souper (2003)

- 751,11 $ pour un dîner (2004)

- 468,28 $ pour un déjeuner (2004).


- 1 663,20 $ pour 132 bouteilles de vin mousseux dans le cadre du 150e anniversaire du domaine Joly de Lotbinière (2002).

- Une facture du Sheraton de Montréal pour 8 800 $ en nourriture et 9 300 $ de boissons, dont 172 bouteilles de vin (2002).

- 400 $ de l'heure pour un magicien pendant une réception en plein-air.

- 3 000 $ pour une prestation de Jean Lapointe accompagné d'un pianiste qui a duré 35 minutes, lors d'une réception (2001).

- 19 000 $ pour un concert de la violoniste Angèle Dubeau et son ensemble La Pietà (2000).

- 59 000 $ pour une réception en plein-air (2003).

- 30 000 $, soit 445 $ par personne, pour une réception de Noël au Sheraton de Montréal (2001). De cette somme, 14 000 $ ont été dépensés en nourriture et 6 000 $ en cadeaux. Les 67 invités ont aussi pu garer leur voiture gratuitement à l'hôtel.

- 17 436,59 $ pour une autre réception de Noël au Sheraton de Montréal (2003) où 105 convives ont bu un total de 127 bouteilles de vin, en plus de 88 cafés espagnols, 42 cognacs VSOP, 45 portos, 54 Grand Marnier, 20 scotchs « 12 ans », 6 rhums, 8 gins, 21 Bailey's et 12 Tia Maria.

- 4 034 $ pour fêter le 7e anniversaire de la nomination de Mme Thibault au Mount Stephen Club de Montréal (2004).


Insoumis - Parodie Lise Thibault 2014
On constate également que Mme Thibault est devenue plus gourmande avec les années. En 1997-98, elle avait demandé au gouvernement fédéral des remboursements totalisant 135 000 $. Cinq ans plus tard, elle leur réclamait 223 000 $, soit 90 000 $ de plus! Mme Thibault était alors le lieutenant-gouverneur le plus dépensier du pays. À partir de 2004, le gouvernement fédéral change sa politique et octroie une allocation fixe de 147 000 $ aux lieutenants-gouverneurs du pays plutôt que d'exiger des factures.




TROUBLANTES IRRÉGULIARITÉS

Mais il y a plus troublant que le train de vie royal de Mme Thibault dans cette histoire. En effet, certaines réclamations soulèvent de sérieuses questions…


Insoumis - Lise Thibault 1939À partir de mars 2003, il semble que la lieutenant-gouverneur ait élu domicile dans une résidence appartenant à un de ses employés à Beaupré, en banlieue de Québec. Elle réclame alors son loyer de 600 $ au gouvernement fédéral parce qu'il se qualifie comme dépense de logement « hors capitale ». Pendant ce temps, Mme Thibault aurait continué de toucher une allocation non imposable de 4 000 $ par mois (48 000 $ par année), allocation qui doit servir en théorie à se loger dans la Ville de Québec.

Du 21 au 23 février 2000, Mme Thibault aurait séjourné au Mont-Saint-Anne, mais les fonctionnaires reçoivent aussi deux réclamations pour des repas pris dans des restaurants se trouvant dans d'autres villes, dont un à 300 km de là.

Le 24 avril 2002, elle aurait réclamé 286,21 $ pour quatre repas pris à l'hôtel Reine-Élizabeth de Montréal. Elle aurait soumis aussi une facture de 266,36 $ portant la même date, mais qui proviendrait d'un restaurant de Sainte-Foy.


Les bureaucrates fédéraux ont souvent remarqué que les relevés de transactions de cartes de crédits ne portent pas de signatures. Qu'à cela ne tienne : ils remboursent tout de même ces dépenses!

Et, pour couronner le tout, les fonctionnaires fédéraux ont parfois tenté, sans succès, d'obtenir plus de détails sur certaines réclamations, comme par exemple l'identité des personnes présentes à des repas. Les assistants de Mme Thibault auraient refusé de divulguer ces renseignements, prétextant qu'ils étaient de nature « personnelle ». Comme attitude hautaine et méprisante envers les contribuables, difficile de faire mieux.



DÉPENSES PERSONNELLES ET FAMILIALES


Insoumis - Lise Thibault 1939

D'autres documents révèlent que notre ex-lieutenant-gouverneur a été remboursée pour des dépenses n'ayant rien à voir avec ses fonctions officielles, ou d'autres qui auraient été encourues par des membres de sa famille. Les vérificateurs en ont trouvé pour plus de 200 000 $ jusqu'à maintenant. Cependant, les bureaucrates devaient être au courant qu'elle se livrait à cette pratique puisqu'ils ont heureusement refusé de rembourser quelques factures. Voici des exemples de réclamations douteuses :




- 1 800 $ pour des restaurants et des clubs de golfs en Floride (1998 et 1999). Cette somme fut d'abord versée à Mme Thibault qui l'a remboursée plus tard quand les fonctionnaires ont compris qu'il ne s'agissait pas de dépenses encourues dans l'exercice de ses fonctions.

- 450 $ pour la réparation de la voiturette de golf adaptée de Mme Thibault pendant d'autres vacances en Floride (2002).

- 2 860 $ pour les dépenses de ses deux filles et de leurs familles qui séjournaient avec elle durant dix jours au Château Mont-Sainte-Anne (2003).



Insoumis - Château Mont-Sainte-Anne


- 700 $ pour une chambre au Château Mont-Sainte-Anne où logeait déjà Mme Thibault, les occupants étant désignés comme étant la « famille de la lieutenante-gouverneure » (2000). 292,11 $ pour trois jours de ski ont aussi été portés à la facture de cette chambre. Une autre facture de 212,55 $ pour des repas d'adultes et d'enfants, pris dans une cabane à sucre de l'île d'Orléans, a été soumise en même temps aux bureaucrates fédéraux qui ont remboursé, étrangement, toutes ces dépenses.



CONCLUSION DE L'HISTOIRE

Le mandat de Mme Thibault a pris fin le 7 juin 2007. Elle était entrée en poste le 30 janvier 1997. Pour avoir occupé le poste de lieutenant-gouverneur, elle recevra une pension d'environ 33 000 $. Elle aura droit à d'autres rentes de retraite pour avoir occupé au cours de sa carrière les postes de vice-présidente de la CSST et de PDG de l'Office des personnes handicapées du Québec.

Le 25 septembre 2009, elle fut officiellement accusée au criminel selon six chefs d'accusations.


Insoumis - Parodie avec Unité 9
Le 8 décembre 2014, Lise Thibault reconnait sa culpabilité après avoir clamé durant des années son innocence et avoir tenté de se protéger en invoquant l'immunité royale (lors du procès du 30 mai 2014). L'avocat de la couronne, Me Marcel Guimond, réclame un remboursement de 430 000 $ tandis que l'avocat de la défense, Me Marc Labelle, reconnait un montant de 310 000 $. À la clé, la Couronne estime que Lise Thibault mérite une peine de quatre ans de prison tandis que la défense plaide pour une peine dans la collectivité.



Le 30 septembre 2015, le juge Carol St-Cyr tranche en la condamnant à 18 mois de prison ainsi qu'au remboursement de 200 000 $ au gouvernement fédéral et de 100 000 $ au gouvernement provincial.



Wikipédia

Haut de Page